Beyrouth est la capitale et la plus grande ville du Liban. La population de Beyrouth est d’environ 1,3 million d’habitants, dont 2,2 millions dans la grande région métropolitaine. La zone métropolitaine de la ville occupe 67 kilomètres carrés. La côte est assez diversifiée, avec des plages rocheuses, des rivages de sable et des falaises situées les unes à côté des autres. Située sur une péninsule bordée par les montagnes du Liban, à mi-chemin de la côte méditerranéenne du Liban, Beyrouth est le plus grand et principal port de mer du pays. C’est aussi l’une des plus anciennes villes du monde, ayant été habitée pendant plus de 5 000 ans. La première mention historique de Beyrouth se trouve dans les lettres d’Amarna du nouveau royaume d’Égypte datant du XVe siècle av.

Beirut, Libanon Landscape, Drowning in Waste - WOIMA Corporation

Le Liban a obtenu son indépendance en 1943 et Beyrouth est devenue la capitale. La ville est restée une capitale intellectuelle régionale, devenant une destination touristique majeure et un paradis bancaire, en particulier pour la prospérité pétrolière du golfe Persique. Cette ère de prospérité relative a pris fin en 1975 lorsque la guerre civile libanaise a éclaté dans tout le pays. Au cours de la majeure partie de la guerre, Beyrouth était divisée entre l’ouest musulman et l’est chrétien. Le centre-ville, qui abritait une grande partie des activités commerciales et culturelles de la ville, est devenu inhabitable, appelé la Ligne verte. Depuis la fin de la guerre en 1990, le peuple libanais a reconstruit Beyrouth et cette ville a quelque peu retrouvé son statut de centre touristique, culturel et intellectuel au Moyen-Orient et de centre du commerce, de la mode et des médias.

Beirut, Libanon, Waste path through city, Drowning in Waste - WOIMA Corporation

Depuis des décennies, le Liban produit plus de déchets qu’il ne pourrait en gérer, soit environ 2 000 tonnes produites par jour à Beyrouth et dans le seul mont Liban.

Des années avant que la crise des déchets ne se répande dans les rues en 2015, les autorités se sont indûment fiées sur la décharge de Naameh, située dans le sud du pays, qui a ouvert ses portes en 1997 pour une période de sept ans et un quota de deux millions de tonnes. Près de vingt ans et quatre extensions plus tard, il déborde de 15 millions de tonnes de déchets, suffisamment pour recouvrir toute la ville d’une couche de déchets d’un mètre d’épaisseur.

En juillet 2015, Beyrouth était frappée par une grave crise liée aux déchets après la fermeture du site d’enfouissement de Naameh – le plus grand du pays – et le refus des autorités de proposer des solutions de remplacement pendant des mois. La collecte des déchets est au point mort et des milliers de tonnes de déchets s’accumulent dans les rues de la capitale. Des citoyens en colère sont descendus dans les rues pour protester contre l’incapacité du gouvernement à gérer la situation, mais en vain. Trois ans plus tard, les autorités ont encore du mal à trouver des solutions viables. Deux décharges côtières ont été construites à Bourj Hammoud et sur la Costa Brava, respectivement au nord et au sud de Beyrouth, afin de collecter temporairement les excédents de déchets de la capitale.

Waste handling in landfill near water, Beirut Libanon, Drowning in Waste - WOIMA Corporation

La réouverture de la décharge de Bourj Hammoud, qui avait commencé comme un dépotoir incontrôlé pendant la guerre civile libanaise, est un désastre environnemental. Il persiste sans réhabilitation à ce jour, répandant ses odeurs et ses effets nocifs sur des dizaines de milliers de personnes vivant à proximité. Il occupe une superficie de 16 hectares et culmine à environ 55 m au dessus du niveau de la mer avec des pentes extrêmement raides. Une défaillance de la pente peut survenir à tout moment car les pentes sont extrêmement instables. Aujourd’hui, les déchets débordent déjà dans la mer Méditerranée et le site d’enfouissement libère environ 120 000 tonnes de lixiviat par an, suffisamment pour remplir dix camions-citernes de grande capacité chaque jour.

WOIMA a la solution parfaite pour résoudre la crise des déchets à Beyrouth. Nous avons développé une solution décentralisée de gestion des déchets et de production d’énergie appelée « Economie circulaire de WOIMA » qui aide les pays et les villes à faire face aux défis croissants auxquels ils sont confrontés en matière de déchets. L’économie circulaire de WOIMA recycle les déchets en matières premières et en énergie de la manière la plus efficace, en réduisant la quantité de déchets de plus de 95%. L’économie circulaire de WOIMA, de taille petite à moyenne, sont distribués à proximité de l’endroit où les déchets sont générés, offrant ainsi d’importantes économies en termes de logistique des déchets et de distribution d’énergie, en plus de résoudre le problème des déchets.

Nairobi d´étude de cas

wasteWOIMA® – La Centrale De Valorisation Energétique Modulaire

Contact WOIMA, if you see yourself as collaboration partner in saving the planet. Ask more about turning waste into wellbeing with WOIMA Circular Economy Solutions.

WOIMA Corporation small logo web

www.woimacorporation.com / https://www.recomill.com/

WOIMA Social Media accounts


  WOIMA Youtube channel

LinkedIn logo Woima Corporation  WOIMA LinkedIn page

Twitter logo Woima Corporation   WOIMA Twitter page

Facebook logo Woima Corporation   WOIMA Facebook page