Le parc national de Komodo, situé au centre de l’archipel indonésien, entre les îles de Sumbawa et de Flores, est composé de trois îles principales (Rinca, Komodo et Padar) et de nombreuses plus petites, toutes d’origine volcanique. Situé à la jonction de deux plaques continentales, ce parc national constitue la «ceinture éclatée» de la région biogéographique de Wallacea, entre les écosystèmes australiens et de la Sunda. Le bien est identifié comme une zone prioritaire de conservation mondiale, comprenant des écosystèmes terrestres et marins sans précédent et couvrant une superficie totale de 220 km2. Le climat sec a déclenché une adaptation évolutive spécifique au sein de la flore terrestre, qui va de la savane herbeuse et forestière ouverte aux forêts tropicales de mousson et de forêt quasi nuageuse. Les collines accidentées et la végétation sèche contrastent fortement avec les plages de sable fin et les eaux riches en coraux bleus.

Komodo Lizard at Komodo national park, Pollution threatening UNESCO World heritage sites - WOIMA CorporationL’habitant le plus remarquable du parc national de Komodo est le lézard de Komodo (Varanus komodoensis). Ces lézards géants, d’une population de moins de 5000 habitants, n’existent nulle part ailleurs dans le monde et présentent un grand intérêt scientifique, en particulier pour leurs implications évolutives. Le plus souvent connu sous le nom de «dragons de Komodo», en raison de son apparence et de son comportement agressif, le lézard de Komodo est la plus grande espèce de lézard vivant, atteignant une longueur moyenne de 2 à 3 mètres. Cette espèce est le dernier représentant d’une population relique de grands lézards qui vivait autrefois en Indonésie et en Australie. En plus d’abriter le dragon de Komodo, le parc fournit un refuge à de nombreuses autres espèces terrestres remarquables telles que le garrot à pieds orange, un rat endémique et le cerf du Timor. Les riches récifs coralliens de Komodo abritent une grande diversité d’espèces et les forts courants marins attirent la présence de tortues marines, de baleines, de dauphins et de dugongs.

Le parc abrite certains des récifs coralliens les plus diversifiés au monde et est réputé pour le dernier habitat du plus grand lézard du monde, le dragon de Komodo (Varanus komodoensis), qui n’existe nulle part ailleurs. L’augmentation des concentrations de CO2 dans la mer et l’augmentation de la température de la surface de la mer menacent l’existence des récifs coralliens. Pendant ce temps, l’élévation du niveau de la mer compromet la conservation des forêts de mangroves dans le parc et menace les plages de nidification des tortues. L’environnement plus chaud affecte également les tortues marines, puisque la température d’incubation des œufs détermine le sexe des nouveau-nés, les températures plus élevées entraînant une prédominance des nouveau-nés. La population isolée de lézards de Komodo et les îles très sèches sont vulnérables aux précipitations accrues qui pourraient inonder les zones de reproduction et modifier la végétation, rendant l’habitat moins accueillant pour ces magnifiques lézards.

Ray and coral reef at Komodo national park, Pollution threatening UNESCO World heritage sites - WOIMA Corporation

Le tourisme dans les récifs coralliens a une valeur globale de 36 milliards de dollars par an. Plus de 30% des récifs de la planète sont précieux pour le tourisme. L’Indonésie possède une industrie touristique florissante sur les récifs coralliens et possède également la deuxième plus grande industrie touristique de raies manta au monde, avec une valeur annuelle de plus de 15 millions de dollars. Bien que le blanchissement des coraux et l’acidification des océans soient des effets bien documentés du changement climatique, d’autres facteurs de stress sur les récifs coralliens pourraient nuire à ces précieuses industries touristiques. L’élévation du niveau de la mer, entraînant l’érosion côtière, ainsi que des tempêtes plus fortes et plus fréquentes typiques du climat actuel, étouffent et détruisent les structures des récifs coralliens. Les fortes précipitations entraînent des polluants et des éléments nutritifs provenant de la terre qui pénètrent dans l’océan, entraînant une prolifération d’algues et une réduction de la lumière disponible sur les récifs. Si rien n’est fait, ces effets complexes pourraient réduire considérablement la valeur du tourisme marin, à mesure que la qualité des sites de plongée indonésiens de classe mondiale et des destinations touristiques idylliques se détérioreront.

La centrale de valorisation énergétique des déchets wasteWOIMA® utilise des déchets solides municipaux comme combustible, réduisant ainsi le besoin de les rejeter ailleurs. C’est une solution neutre en carbone qui garantit simultanément le recyclage efficace des déchets en énergie, soutient les pratiques locales de gestion des déchets et encourage les actions climatiques en empêchant les déchets solides de générer du méthane, un gaz à effet de serre 25 fois pire que le CO2.

Lien vers la brochure wasteWOIMA®

Contact WOIMA, if you see yourself as collaboration partner in saving the planet. Ask more about turning waste into wellbeing with WOIMA Circular Economy Solutions.

WOIMA Corporation small logo web

www.woimacorporation.com / https://www.recomill.com/

WOIMA Social Media accounts

  WOIMA Youtube channel

LinkedIn logo Woima Corporation  WOIMA LinkedIn page

Twitter logo Woima Corporation   WOIMA Twitter page

Facebook logo Woima Corporation   WOIMA Facebook page